Constructions irrégulières autour de l’aéroport LSS : Un chantier démoli, une personne arrêtée (Dscos)

0

Près du hangar des pèlerins de l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, un promoteur immobilier a fait démolir et reconstruire le mur de l’aéroport en empiétant sur l’aéroport, sur une dizaine de mètres. Les faits qui datent d’au moins 6 mois étaient source d’inquiétude chez les riverains qui découvrent, ces derniers jours, un nouveau chantier qui sort de terre et lequel empiète également sur la rue qui sépare leurs habitations du mur de l’aéroport de Dakar. Ce vendredi matin, suite à une dénonciation, la Dscos s’est invitée sur les lieux à Yoff et a procédé à la démolition du chantier en question, avant d’arrêter une personne. Un soulagement pour les riverains qui s’étaient constitués en collectif pour dénoncer ces constructions. Retour sur les faits constatés par Seneweb sur place.

Le mur de l’aéroport démoli puis reconstruit sur une dizaine de mètres dans l’enceinte de l’aéroport même

Moustapha Dieng, propriétaire de maison à Yoff en face du nouveau chantier démoli, se réjouit de l’intervention de la Dscos. « Une route de 7 à 8 m nous séparait de l’aéroport. Et un beau matin, le mur de l’aéroport a été cassé et quelqu’un l’a reconstruit sur 10 mètres dans l’aéroport. Il a aussi empiété sur la rue qui nous séparait de l’aéroport», confiait-il à Seneweb, mercredi dernier.

« Ils peuvent vendre l’aéroport, même aller jusque dans la piste, ce n’est pas notre problème. Mais pas la route, On ne peut pas vendre une route, là où doivent passer les véhicules, ils ont tout vendu aux abords», fulminait encore Moustapha Dieng qui indexe de gros bonnets derrière cette affaire. Dieng et ses voisins, regroupés en collectif, disent avoir adressé des correspondances aux autorités compétentes, afin de faire stopper le nouveau chantier qui menace leurs habitations. « On a écrit des lettres de protestation auprès du Cemga, au Cadastre, au ministère des Finances, le Dgid, la Descos, pour les mettre au courant de cette situation. Près de 150 maisons sont menacés par ce nouveau chantier », confient Moustapha Dieng et Cie qui disposent de papiers administratifs, avec numéro de titre foncier. Et trouvent illégales ces nouvelles constructions qui empiètent sur l’aéroport et sur leur environnement immédiat.

« C’est une grande cité, tous ceux qui sont ici, ont des papiers. Quand on a délocalisé l’aéroport, le hangar des pèlerins a été déplacé, il y a eu un espace vide, on nous a vendu avec des papiers, des titres fonciers. Maintenant ça fait l’objet de bail. Par contre ces nouvelles constructions ont empiété sur une partie de l’aéroport et sur une rue. Ils ont démoli le mur et l’ont déplacé de 10 mètres à l’intérieur de l’aéroport. Le promoteur a pris 5 mètres sur la rue, ça fait 15 m de longueur et 10 m de largeur, donc des terrains de 150 m2 sur une distance de près de 800 mètres. Voyez combien de terrains ils peuvent faire. Et ici les terrains coûtent entre 30 et 35 millions », expliquait-il.

Or, les personnes nouvellement attributaires sur le nouveau chantier, « ont dit qu’ils ont des papiers, poursuit-il. Reste à savoir qui leur a vendu ces terrains. Le directeur de l’aéroport ou le directeur du cadastre sont forcément au courant, ils ne peuvent pas ignorer cela », pense-t-il. Le directeur des Aéroports du Sénégal (Ads), justement, dit ne pas être au courant de cette affaire. Joint par Seneweb par téléphone mercredi, il précise. «Je ne vois pas comment il peut y avoir démolition du mur de l’aéroport. Il faut se rapprocher de l’armée qui gère cet aéroport », nous conseille-t-il toutefois.

Près de 8000 m2 en jeu, entre 30 et 35 millions Cfa la parcelle

Mais pour Moustapha Dieng, il est à redouter des complicités à un très haut niveau. « Ceux qui ont acheté et commencé à construire là-bas ont forcément des papiers, donc il peut y avoir des complicités. Pour avoir un permis de construire il faut d’abord avoir un titre de propriété, un bail, etc. Tout cela, ce sont les services de l’Etat qui le donnent. Déjà, comment on peut vendre l’aéroport, une route ? L’aéroport est devenu une zone qui a été confiée aux militaires. Comment peuvent-ils laisser faire un particulier qui vient, qui empiète sur l’aéroport, qui vend une bonne partie, à peu près 8000 m2 et prend également la route qui devait servir de passage aux résidents ? », interrogeait-il au téléphone de Seneweb. Un cri du cœur entendu par l’Armée qui a pris les devants.

 «La Dscos a procédé à la destruction des travaux entamés»

Joint par Seneweb, un responsable de l’Armée, pour s’enquérir de la situation, a alerté la Direction de la surveillance de l’occupation des sols (Dscos) venue aussitôt constater les faits, ce vendredi en fin de matinée. Sollicité par nos soins en début d’après-midi, le directeur de la Dscos confirme. « Une visite a été effectuée ce matin suite à une dénonciation faite par les riverains. La Dscos et la Zone militaire numéro 1 se sont rendus sur les lieux. On a constaté que le mur a été déplacé et les travaux de construction entamés. Séance-tenante, la Dscos a procédé à la destruction des travaux entamés. La personne en charge des travaux a été interpellée et se trouve à la Dscos », informe le Lieutenant-colonel Papa Saboury Ndiaye, directeur de la Dscos.

Les riverains de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, eux, ont retrouvé le sourire. En attendant que la Dscos mette la main sur le promoteur du chantier.

Auteur ; cityfmsenegal

Share.

About Author

Leave A Reply