Daouda Mine sur la carte nationale de presse « les journalistes ayant perdu leurs droits civiques ne pourront pas… »

Premier invité de « Sen Enquête », Daouda Mine, président de la commission de délivrance des cartes nationales de presse a fait une précision de taille.

En effet, en plus de se conformer aux trois critères que sont: avoir un diplôme de journalisme délivré par une école reconnue par l’État, ou avoir la licence plus 2 ans d’expérience, ou à défaut, avoir 10 ans d’expérience, le journaliste doit, obligatoirement, fournir entre autres pièces, un casier judiciaire, dans la formulation de la demande d’acquisition de la CNP.

« L’idée c’est de savoir si le journaliste jouit toujours de ses droits civiques et politiques. Parce qu’un journaliste ayant fait l’objet d’une condamnation, le privant de ces droits précités, ne pourra pas avoir la carte nationale de presse », informe le président Mine à ses confrères Cheikh Abdou Khadre Seck et Samba Diamanka.

City News / Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *