Expulsion de Moustapha Diakhaté l’APR dans tous ses éclats

24h après l’exclusion de Moustapha Diakhaté de l’Alliance pour la République (APR), pour des «propos séditieux, fractionnistes», la décision de la Commission de discipline du parti du président de la République, Macky Sall, continue de susciter des réactions à l’interne.

Contrairement à la Convergence des Cadres Républicains (CCR), qui approuve la «sentence», plusieurs voix discordantes et des positions mitigées ont été exprimées hier, mercredi 22 janvier, par des responsables de la formation marron-beige.

CONVERGENCE DES CADRES REPUBLICAINS (CCR) : «La décision du Conseil de discipline est salutaire»

L’expulsion de Moustapha Diakhaté de l’Alliance pour la République (Apr) rencontre l’assentiment la Convergence des Cadres Républicains (CCR), une structure dirigée par le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, par ailleurs maire de Yoff. «Réuni, ce mardi, sous la présidence de son Coordonnateur national, la Convergence des Cadres Républicains (CCR), appréciant la vie du parti, salue la décision du Conseil de discipline qui a prononcé l’exclusion définitive de Moustapha Diakhaté des rangs de l’Alliance pour la République. Une exclusion qui fait suite aux «propos séditieux, fractionnistes du camarade Moustapha Diakhaté qui entache gravement l’image du parti», lit-on dans un communiqué de la CCR parvenu à notre Rédaction.

Et le document de relever que, «saisissant la balle au rebond, la CCR invite   tous les camarades à faire preuve de discipline de parti en posant les débats au sein des instances du parti. Aux militants, les Cadres républicains les invitent à une introspection afin de mieux comprendre les enjeux politiques du moment. Car, la trajectoire émergente imprimée aux actions impulsées par son Excellence le Président Macky Sall mérite une implication soutenue et un engament sans faille. Tous derrière le camarade président de l’APR pour relever les grands défis qui nous interpellent», ajoute la source.­­

PAPE GORGUI NDONG, ANCIEN MINISTRE : «Je ne peux pas me féliciter de l’exclusion d’un membre du parti»

Moustapha Diakhaté a été exclu des rangs de l’Apr. L’ancien ministre de la Jeunesse, non moins membre de l’Alliance Pour la République,Pape Gorgui Ndong, s’est exprimé sur cette affaire. N’étant pas d’accord sur la mesure, il propose à son camarade de demander une grâce et invite la commission de réconciliation de son parti à faire son travail.
«On ne peut pas être dans un parti politique qui cherche à se massifier, qui commence aujourd’hui à radier des membres. Je ne peux pas aujourd’hui me féliciter de l’exclusion d’un membre du parti. Heureusement qu’il y a la Commission de réconciliation qui doit s’activer aujourd’hui pour voir comment aller discuter et faire revenir à de meilleurs sentiments le camarade Moustapha Diakhaté et qu’il rentre dans les rangs. C’est mon souhait que j’exprime». C’est en ces termes que l’ancien ministre de la Jeunesse, non moins membre de l’APR, Pape Gorgui Ndong, a réagi par rapport à l’exclusion de Moustapha Diakhaté du parti du président de la République Macky Sall, dans Seneweb.
N’étant pas d’accord sur la mesure, il propose à son camarade de demander une grâce et invite la Commission de réconciliation de son parti à faire son travail. «Mais, en ce moment, il y a des dispositions à prendre, il faut que Moustapha Diakhaté soit dans les dispositions de demander une grâce. Puisque je suis sûr qu’il a une place dans l’APR et on ne peut pas être dans un parti et s’insurger contre la démarche de ce parti», a relevé l’ancien ministre de la Jeunesse.

KAOLACK – LE DEPUTE MOMATH SOW «MALAW», PRESIDENT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE NIORO : «Personnellement, je ne reconnais plus cette commission»

Le député Momath Sow alias «Malaw» qui se prononçait, hier mercredi, sur l’exclusion de l’ancien ministre conseiller Moustapha Diakhaté de son parti, a récusé la Commission de discipline de l’Alliance pour la République (APR). «Personnellement, je ne reconnais plus cette commission, encore moins son président. Je suis prêt à être exclu car ils ne veulent pas entendre la vérité», a-t-il dit.

Face à la presse, il a déclaré : «…Mais nous, nous travaillons dur dans Benno Bokk Yaakaar et c’est grâce à nous, qu’il (le président Macky Sall, ndlr) est élu. Ni Moustapha Diakhaté, ni les membres de la Commission de disciple qui l’ont exclu du parti n’ont de base politique. La preuve ! Le président de la commission, Abdoulaye Badji, ses suppléants, Abdou Mbow et Benoît Sambou, ont tous été battus chez-eux lors de la dernière présidentielle du 24 février 2019 et l’ont toujours été sur l’ensemble des échéances électorales passées».

Même si Malaw Sow se refuse aujourd’hui d’affirmer que ce qui vient de se passer dans les rangs du parti présidentiel, son parti, n’est que la manifestation d’une «farce politique», le député de Nioro a tenu à préciser que «l’APR est un  patrimoine de Macky Sall. L’APR n’est rien d’autre que le président Macky Sall. Et si on devait lui donner un nom, le prénom serait Macky et le nom Sall. Au  Secrétariat, il n’y a que Macky Sall qui décide de tout». Pour dire simplement qu’en dehors du président Macky Sall, nul n’a le monopole d’une telle décision. Macky Sall est le seul à monopoliser la «vérité» à l’Apr.
M. Sow relève que «ce parti n’a jamais essayé de responsabiliser ses ténors et aucune parmi les personnes qui gagent des élections chez-elles, n’est coptée au sein des instances de décision, à l’image de la Commission de discipline», a martelé le député de Nioro. «Mais nous tenons aussi à rappeler que nous sommes de la coalition de la majorité et nous pensons que le fait d’être exclu de ce genre de parti n’a guère de conséquence majeure. Et l’on peut même dire que c’est du pareil au même. Car depuis mon arrivée dans ce parti, en 2009, je n’ai jamais bénéficié d’un quelconque financement venu de l’APR. Les différentes élections qui se sont succédées sur le territoire national et auxquelles j’ai participé ne m’ont jamais profité financièrement. C’est toujours sur fonds propres que j’ai financé toutes ces joutes électorales et je les ai remportées, haut la main», a-t-il précisé.

MBAYE NDIAYE, SUR LEXPULSION DE MOUSTAPHA DIAKHATE : «Je fais partie de ceux qui pensent qu’il a toujours sa place dans le parti»

«Je fais partie de ceux qui pensent qu’il a toujours sa place dans le parti, comme on l’avait fait avec Moustapha Cissé Lô, je suis prêt à faire les mêmes démarches pour que ce grand camarade de compagnonnage historique ne puisse pas être délaissé en cours de route parce que le président Sall a encore besoin de tout le monde pour réaliser son rêve pour le Sénégal, l’émergence», a dit Mbaye Ndiaye, sur les ondes de I-Radio.

OUMAR YOUM, MINISTRES DES TRANSPORTS : «J’en suis bouleversé»

«L’effronterie caractérisée de certains responsables de notre parti me dépasse. J’en suis simplement bouleversé», a posté sur sa page Facebook Oumar Youm, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, membre de l’APR, en réaction à l’expulsion de Moustapha Diakhaté de l’Alliance pour la République.
M. Youm rappelle que la discipline est indispensable à la vie. Mieux, «elle est utile en société, dans la religion, dans un parti politique, dans le sport, dans toutes les activités. Elle n’est ni soumission aveugle, ni servilité et s’accommode parfaitement à la liberté», ajoute le responsable de l’Apr.

MOUSTAPHA DIAKHATE SUR SON EXCLUSION DE L’APR : «En matière disciplinaire, il n’existe pas dans les Statuts et Règlement intérieur de l’APR une instance dénommée  Commission de discipline»

Moustapha Diakhaté se considère toujours comme membre de l’Alliance pour la République (APR), dont il est exclu, avant-hier mardi, par la Commission de discipline. Après avoir qualifié cette décision de «provocation, à la limite une farce» à laquelle il n’a pas de «temps à consacrer», sur sa page Facebook, l’ancien président du Groupe parlementaire Bennoo bokk yaakaar démonte, en 5 points, la mesure d’expulsion prononcée en son encontre, ainsi qu’il suit :
«Contrairement aux allégations mensongères, la ridicule décision de l’illégale «Commission de discipline» est nulle et de nul effet pour les raisons suivantes :

1. En matière disciplinaire, il n’existe pas dans les Statuts et Règlement intérieur de l’APR une instance dénommée Commission de discipline.

2. En vertu des Articles 21 des Statuts et 26 du Règlement intérieur du Parti «les sanctions disciplinaires sont prononcées par le Président du Parti, sur proposition du Secrétariat national.»

3. Au regard de l’illégalité de l’instance qui a pris la décision, j’informe les militants, sympathisants, adhérents des partis membres du Réseau libéral africain et de l’Internationale libérale que je suis et demeure un militant de l’Alliance pour la République.

4. Par conséquent, je poursuis, avec celles et ceux qui le souhaitent, la mise place de « Mànkoo taxawu sunu Apr» aux seules fins de régénérer le parti, le sortir définitivement de sa situation de masse informe, foire d’empoigne, querelles de personnes, luttes des places, déliquescence des structures, organisations, instances et de l’obsolète centralisme démocratique, du fonctionnement vertical qui n’acceptent pas l’expression des divergences et désaccords internes.

5. Dans cet ordre d’idée, je donne rendez-vous demain jeudi 23 janvier 2020 à 11 heures aux membres, sympathisants du Parti et compatriotes sénégalais pour plus d’informations sur le mouvement Mànkoo taxawu sunu Apr.»

City News – Sudonline.sn / Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *